La vente en vrac sans emballage
La vente en vrac sans emballage

Oublié depuis l’émergence du supermarché, le vrac refait surface dans les rayons. Mais peinera à s’imposer, tant que nous ne changerons pas notre manière de consommer.

Emballé, pesé… et jeté. En France, plus de cinq millions de tonnes d’emballages ménagers sont vendus chaque année, selon le Centre national d’information indépendante sur les déchets (Cniid). Ces rebuts ont beau finir dans la poubelle quelques heures à peine après la fin des courses, ils représentent 15% à 20% des sommes versées par le consommateur à la caisse, et la moitié du volume de nos déchets.

N’en jetez plus, les arguments sont légion pour cesser d’emballer les produits sur les étals. Pourtant, en France, seule une petite partie des produits sont aujourd’hui vendus « en vrac ». Aucun registre n’est tenu, mais il s’agit principalement des fruits et légumes et, dans une moindre mesure, des fromages et viandes « à la coupe ». Le reste est empaqueté, ficelé, emballé.

A la demande de Terra Eco, cette article à été tronqué. Vous pouvez lire la suite et donc la totalité de l’article à cette adresse.