Sélectionner une page


A l’occasion de la COP21, la Ville de Paris et les restaurateurs du syndicat professionnel Synhorcat-GNI ont lancé le jeudi 10 novembre 2015 l’opération « la box anti-gaspi », autrement appelé « doggy bag », dans 100 restaurants de la capitale afin de lutter contre le gaspillage alimentaire. Pour mettre en œuvre ce projet, la collectivité a reçu le soutien du groupe Elior, du Synhorcat-GNI et de Bon pour le climat »…

Doggy bag à Paris – Bon pour le climat ? Malheureusement pas trop !

Visuels de l'opération par la Mairie de Paris

Visuels de l’opération par la Mairie de Paris

Alors creusons un peu plus le sujet et penchons nous sur quelques détails importants de cette opération car les responsables de la Mairie de Paris ne semblent pas se soucier de la problématique des déchets engendrée par ces emballages distribués auprès des restaurateurs. Ni du climat d’ailleurs.

L’opération Doggy Bag « Box Anti-Gaspi » : sur le fond

Doggy bag Mairie de Paris

Paris lutte contre le gaspillage alimentaire mais pas pour la réduction des déchets dans le cadre de cette opération.

On ne peut que saluer l’initiative de la Mairie de Paris que de vouloir inciter les restaurateurs parisiens à proposer ce type de service à leurs clients. La demande des consommateurs est bien présente et il faut bien le reconnaitre, beaucoup de restaurateurs (à Paris comme ailleurs en France) ont encore beaucoup de mal à démocratiser cette pratique au sein de leur établissement de peur d’y perdre leur crédibilité.

Ce type d’opération est donc essentiel pour inciter les restaurateurs à proposer une boîte anti-gaspi. Encore faut-il bien connaitre le sujet et rester logique dans la démarche. Car lutter contre le gaspillage alimentaire c’est aussi agir pour la réduction des déchets.

L’opération Doggy Bag « Box Anti-Gaspi » : sur la forme

Notre boîte était à priori retenu pour l'opération de la Mairie de Paris

Notre boîte était à priori retenu pour l’opération de la Mairie de Paris

Parce que nous commercialisons justement ce type de produit, nous avions été contactés par la Mairie de Paris* dans le cadre de l’appel d’offres réalisé pour cette opération durant la COP21. La boîte Trop Bon Pour Gaspiller correspondait tout à fait au produit que la Mairie de Paris recherchait et nous nous doutions (aveuglement) que nous avions de grandes chances d’être sélectionnés.

03 septembre 2015 : la bonne nouvelle

Vous êtes a priori retenus, nous sommes en cours de finalisation de notre côté.

En voilà un email qui fait plaisir à lire ! La Mairie de Paris semble avoir fait le bon choix en optant pour le doggy bag le plus écologique du moment : recyclable, compostable, encres à base d’eau, certification FSC. C’est tout à notre honneur. Mais le plaisir ne durera pas longtemps.

24 septembre 2015 : la mauvaise nouvelle

Inquiet de ne plus avoir de nouvelles de la Mairie de Paris et de ne pas être en mesure d’honorer nos délais de livraison, nous prenons contact avec eux. La réponse sera rapide…

Nous venons de finaliser le partenariat concernant cette opération doggy bags, et d’en choisir le prestataire. Je suis ainsi au regret de vous annoncer que nous n’avons pas retenu votre proposition.

Nous sommes donc dans l’incompréhension et légitimement déçus. Nous ne comprenons pas ce retournement de situation sur le moment. Nous comprendrons plus tard, beaucoup plus tard…

L’opération Doggy Bag « Box Anti-Gaspi » : sur l’emballage lui-même

Les initiateurs de cette opération auront donc choisi une autre boîte anti-gaspi pour cette opération mais sans se soucier de la problématique des déchets une fois le doggy bag utilisé. Ce doggy bag n’est déjà pas compostable mais en plus doublé d’un film PET. Pour ceux qui l’ignorait PET = PLASTIQUE (voir plus bas pour les risques possibles liés à l’utilisation du PET)

L’opération Doggy Bag « Box Anti-Gaspi » : impact écologique avec ce type d’emballage

Impact écologique du doggy bag de la Mairie de Paris

Petites explications…

  1. le plastique type PET utilisé est un matériau issu d’un combustible fossile
  2. ce combustible fossile est un hydrocarbure à savoir le pétrole
  3. un des buts de la COP21 est de convaincre justement de plus en plus d’institutions, publiques ou privées de ne plus investir dans les énergies fossiles. Un secteur considéré comme risqué et nocif pour le climat. Car qui dit utilisation des énergies fossiles dit réchauffement climatique
  4. un emballage alimentaire en carton composé de ce film plastique type PET rend son recyclage extrêmement difficile à l’heure actuelle par les différents centres de traitement des déchets. Ces emballages finissent donc 80% du temps soit à l’incinération soit aux déchets enfouis (décharges)
  5. L’incinération est une mauvaise solution aux changements climatiques comme le rappelle Zero Waste France et Zero Waste Europe. L’enfouissement aussi ! A lire : l’impact réel des nos déchets sur le climat par le Réseau Action Climat France (RAC)

Il était donc simple et plus que logique pour la Mairie de Paris d’opter pour un emballage « écohérent » (même si ce n’était pas le notre). Un doggy bag en totale adéquation avec l’image RESPONSABLE qu’elle souhaitait promouvoir durant cette COP21.

Pour l’image responsable, c’est loupé…

L’opération Doggy Bag « Box Anti-Gaspi » : les risques possibles sur la santé liés à l’utilisation d’un contenant avec du PET

Le PET est soupçonné d’être un carcinogène humain. Pour info, un carcinogène est un agent capable de provoquer le cancer. Des exemples de contamination des aliments ont été rapportés avec la plupart des types de plastique. Le PET en fait bien sûr partie.

La production de PET nécessite l’emploi d’un catalyseur toxique, le trioxyde d’antimoine. L’antimoine est classé par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) comme agent possiblement cancérogène pour l’homme.
La contamination des aliments par l’antimoine peut parfois être importante voire dépasser dans certains cas les normes quand les produits sont chauffés dans un contenant en PET.

Toujours envie de réchauffer ce type de doggy bag parisien ?

Souhaitons qu’à l’avenir, la Mairie de Paris ainsi que la responsable en charge de cette opération (Mme Antoinette Guhl) agissent vraiment pour l’environnement et adoptent une vraie politique de réduction des déchets. Qu’elles réfléchissent aussi à 2 fois avant de lancer un projet comme celui-là. Qu’elles consultent, qu’elle se renseignent et surtout qu’elle prennent de bonnes décisions. Aussi bien vis à vis de l’environnement, des professionnels de la restauration et enfin des consommateurs.

Dernière nouvelle : dans le cadre de la Journée mondiale contre le Gaspillage Alimentaire le 16 octobre 2016, la Mairie de Paris a remis le couvert en utilisant encore une fois le même type de boîtes… Vive le plastique encouragé par une élue Europe Écologie – les Verts !

Euhhhhhhhh vous avez dit « Le mouvement de l’écologie » ?